Manipulateurs pervers narcissiques, fuir ou rester ?

Manipulateurs pervers narcissiques, fuir ou rester ?

 


Faut-il fuir ou rester quand on est en relation avec un pervers narcissique ?

Les victimes de manipulateurs (PN) posent souvent les mêmes questions et donnent souvent les mêmes réponses ( ils ou elles) !

 

Quelques exemples de questions/réponses:

 

  1. — Question : Mais pourquoi me fait-il (elle) cela ?

Réponse : Il fait ce qu’il sait faire, a toujours fait et refera avec un autre. C’est son mode de fonctionnement, ce n’est pas parce que c’est vous, mais parce que vous acceptez de rentrer dans son jeu.

 


 

2. — Question : Pourquoi agit-il(elle) ainsi ?

Réponse : Il fonctionne selon une structure infantile qui n’a pas évolué et qui est dans la toute-puissance. Cela n’a rien à voir avec vous.

 


 

  1. Question : J’ai tout fait pour faire fonctionner cette relation.

Réponse : Et vous pouvez continuer longtemps, jusqu’à l’épuisement. Même si vous faites tout ce qu’il demande, cela ne marchera pas, car son mode de fonctionnement est d’installer le mal-être et se valoriser à tout prix à votre détriment.

 


 

  1. Question : Quand c’est bien, c’est tellement bien.

— Réponse : Prenez une feuille de papier, et notez combien de fois c’est bien, moins bien ou l’enfer ? Vous serez étonné !

 


 

  1. — Question : Comment puis-je l’aider à changer ?

— Réponse : Essayez de demander à un mur qui est blanc d’être rouge. Vous pourrez l’embrasser, vous mettre en colère, le supplier ou user de tous les artifices dont vous disposez, il restera rouge !

 


 

  1.  — Question : Pourquoi j’ai échoué ?

Réponse : Ce n’est pas parce que c’est vous, mais parce que c’est truqué d’avance. Les dès sont jetés avant même qu’ils n’aient été lancés.

 


 

  1. — Question : Qu’est-ce que la personne avec laquelle il (elle) est parti(e) a de plus que moi ?

— Réponse : Rien d’autre que de rentrer aussi dans son jeu et de se laisser séduire comme vous par son plumage et son ramage.

 


 

  1. Question : Il (elle) a réussi là où moi j’ai échoué ?

— Réponse : Surtout, n’ayez aucun regret, après la phase de séduction, il ou elle vivra le même enfer que celui que vous avez vécu.

 


 

  1. — Question : Pourquoi tous les Psys disent qu’il faut fuir, cela veut-il dire qu’il faut les laisser gagner ?

Réponse :

  • Quand vous êtes face à un partenaire, sans empathie, ni ne fonctionne qu’avec la manipulation et la négation totale de l’être que vous êtes, qui vous vampirise et vous utilise tel un objet ?
  • Dont le mode de fonctionnement est de vous déstabiliser en permanence en alternant le chaud et le froid !
  • Qui utilise le compliment suivi du dénigrement et occupe en permanence l’espace par ses mensonges, manipulations et non-dits, afin de mieux se valoriser à vos dépends et de jouir face à votre désarroi !
  • Qui est le bon Dr Jekyll à l’extérieur, gentil, attentionné, adorable, vous savez celui ou celle que tout le monde vous envie et le monstrueux Mr Hyde « dans le secret des alcôves », celui qui se transforme en incroyable monstre et vous fait subir les pires violences psychologiques, insidieuses et destructrices !
  • Un être qui ne supporte pas le bonheur et les gens heureux, « un rabat-joie » qui va s’acharner méthodiquement à tout démolir et vous maintiendra sous une emprise dont vous aurez le plus grand mal à vous défaire.
  • Un être qui vous larguera du jour au lendemain comme une vieille chaussette pour s’en aller avec un ou une autre !
  • Qui y a t-il à gagner dans la souffrance engendrée par cette relation ?
  • Fuir, est-ce le laisser gagner ou vous sauver ?

       Quel est à votre avis  le gagnant des deux ?

_______________________________________________________________________________________________________________

Marie-Agnès Thulliez

Mais qu’est-ce que c’est réellement un pervers narcissique ?

Mais qu’est-ce que c’est réellement un pervers narcissique ?

Le pervers narcissique 
en dix questions.

(tiré d’un article de l’express et écrit par Elvira Masson)

 Qui sont ces “vampires affectifs”, comment les repérer et, surtout, comment s’en débarrasser ? Alors que de nouveaux livres viennent étayer le propos, notre enquête sur le phénomène.

A en croire les discussions de bureau, ils seraient des millions. Quiconque souffre d’un chef de service tyrannique, d’une soeur médisante ou d’un fiancé de mauvaise foi crie au PN. Parce que, quand on jargonne psy, c’est PN que l’on dit. Et, à en croire également l’inflation de livres consacrés au sujet, il se pourrait bien qu’ils soient plus nombreux que jamais, tant notre société exacerbe l’individualisme… bien qu’il n’y ait aucun chiffre pour le prouver.

Continue reading

Double piège du manipulateur !

Double piège du manipulateur !

Harcèlement moral et perversion narcissique ou,

le double piège du manipulateur.

Marie-France Hirigoyen, psychiatre, psychanalyste et psychothérapeute s’intéresse, dans son livre, le Harcèlement moral, à un sujet répandu dans le quotidien de chacun. Le succès de cet ouvrage auprès du public atteste de la réalité et de la difficulté de subir cette forme de violence perverse qu’est le harcèlement moral.

Extrait d’un chapitre du livre de Marie-France Hirigoyen : « Le harcèlement moral » parlant des pervers narcissiques. 

“Les pervers narcissiques culpabilisent à outrance leur proie, ne supportent pas d’avoir tort, sont incapables de discussions ouvertes et constructives ; ils bafouent ouvertement leur victime, n’hésitant pas à la dénigrer, à l’insulter autant que possible sans témoins, sinon ils s’y prennent avec subtilité, par allusions, tout aussi destructrices, mais invisibles aux regards non avertis.

Continue reading

La séduction perverse

par M.F Hirigoyen
La relation perverse se met en place en deux temps, l’une de séduction perverse, l’autre de violence manifeste.

La première phase que Racamier a nommé le décervelage peut se dérouler sur plusieurs années. Elle se construit progressivement pendant les premiers temps de la relation, par un processus de séduction.

C’est une phase de préparation au cours de laquelle la victime est déstablisée et perd progressivement confiance en elle. Il s’agit d’abord de la séduire, puis de l’influencer pour enfin, la mettre sous son emprise, en lui retirant toute parcelle de liberté.

La séduction consiste à attirer irrésistiblement mais aussi dans un sens plus juridique, à corrompre et suborner. Le séducteur détourne de la réalité, opère par surprise, en secret. Il n’attaque jamais de manière frontale, mais de façon indirecte afin de capter le désir de l’autre, d’un autre qui l’admire, qui lui renvoie une bonne image de lui.

 La séduction perverse se fait en utilisant les instincts protecteurs de l’autre. Cette séduction est narcissique il s’agit de chercher dans l’autre l’unique objet de sa fascination, à savoir l’image aimable de soi. Par une séduction à sens unique, le pervers narcissique cherche à fasciner sans se laisser prendre. La présence de l’autre est vécue comme une menace, pas comme une complémentarité.

L’influence consiste, sans argumenter, à amener quelqu’un à penser, décider ou se conduire autrement qu’il ne l’aurait fait spontanément. La personne cible de l’influence ne peut consentir a priori librement. Le processus d’influence est pensé en fonction de sa sensibilité et de ses vulnérabilités.

L’emprise c’est la domination intellectuelle ou morale dans une relation de domination. Le pouvoir entraîne l’autre à suivre par la dépendance, c’est-à-dire acquiescement et adhésion.

Il y a trois dimensions principales à l’emprise :

– une action d’appropriation par dépossession de l’autre,

– une action de domination, où l’autre est maintenu dans un état de soumission et de dépendance ;

– une dimension d’empreinte, où l’on veut laisser une marque sur l’autre.

Parce qu’elle neutralise le désir d’autrui et qu’elle abolit toute sa spécificité ; l’emprise comporte une indéniable composante destructrice. Petit à petit, la victime voit sa résistance et ses possibilités d’opposition grignotées. Elle perd toute possibilité de critique.

Empêchée d’agir, littéralement «érée », elle est rendue complice de ce qui l’opprime. Cela ne constitue en aucun cas un consentement elle est chosifiée ; elle ne peut plus avoir de pensée propre, elle doit penser comme son agresseur. Elle n’est plus autre à part entière, elle n’est plus un alter ego. Elle subit sans consentir, voire sans participer.

Les victimes décrivent toutes une difficulté à se concentrer sur une activité lorsque leur persécuteur est à proximité. Celui-ci offre à l’observateur de la plus parfaite innocence. Un grand décalage s’instaure entre son confort apparent et le malaise et la souffrance des victimes.

Ce dont elles se plaignent à ce stade, c’est d’être étouffées, de ne rien pouvoir faire seules. Elles décrivent la sensation de ne pas avoir de pensée.

 Livres

La communication perverse

Par M.F Hirigoyen :

La mise en place de l’empreinte utilise des procédés qui donnent l’illusion de la communication une communication particulière, non pas faite pour relier, mais pour éloigner et empêcher l’échange.

Refuser la communication directe

Quand une question directe est posée, les pervers éludent. Comme ils ne parlent pas, on leur prête grandeur ou sagesse. On entre dans un monde où il y a peu de communication verbale, juste des remarques à petites touches déstabilisantes. Rien n’est nommé, tout est sous-entendu.

Le déni du reproche ou du conflit par l’agresseur paralyse la victime qui ne peut se défendre. L’agression est perpétrée par le refus de nommer ce qui se passe, de discuter, de trouver ensemble des solutions. S’il s’agissait d’un conflit ouvert, la discussion serait possible et une solution pourrait être trouvée.

Devant le refus de communication verbale directe, il n’est pas rare que la victime ait recours aux courriers. Elle écrit des lettres pour demander des explications sur le rejet qu’elle perçoit, puis, n’ayant pas de réponse, elle écrit à nouveau, cherchant ce qui dans son comportement, aurait pu justifier une telle attitude. Il se peut qu’elle finisse par s’excuser de ce qu’elle aurait pu faire, consciemment ou non, pour justifier ou on l’attitude de son agresseur.

Dans certaines entreprises, les victimes qui, pour se protéger, envoient des lettres recommandées sont qualifiées de paranoïaques procédurières.
Quand il y a une réponse, elle est toujours à côté, indifférente.

Déformer le langage

On retrouve chez les pervers quand ils communiquent avec leur victime une voix froide, blanche, plate, monocorde. C’est une voix sans tonalité affective, qui glace, inquiète, laissant affleurer dans les propos les plus anodins le mépris ou la dérision. La tonalité seule implique, même pour des observateurs neutres, des sous-entendus, des reproches non exprimés, des menaces voilées.
Même lors d’échanges violents le ton ne s’élève pas, laissant l’autre s’énerver tout seul, ce qui ne peut que le déstabiliser  «écidément, tu n’es qu’un hystérique qui crie tout le temps».

Très souvent, le pervers ne fait l’effort d’articuler ou bien grommelle quelque chose quand l’autre est dans une autre pièce. Cela met lautre dans l’obligation de se déplacer pour entendre ou bien d’être en position de demandeur en faisant répéter. Il est facile ensuite de lui faire remarquer qu’il n’écoute pas.

Le message d’un pervers est délibérément flou et imprécis, entretenant la confusion. Il peut dire  «n’ai jamais dit cela », et éviter tout reproche. En utilisant des allusions, il fait passer ses messages sans se compromettre.

Offrant des propos sans lien logique, il entretient la coexistence de différents discours contradictoires.
Il peut aussi ne pas terminer ses phrases, laissant des points de suspension qui ouvrent la voie à toutes les interprétations et à tous les malentendus. Ou bien il envoie des messages obscurs et refuse de les expliciter.

A une demande de service anodin d’une belle-mère à son gendre
«
 ce n’est pas possible
–    Pourquoi
–    Vous devriez le savoir
–    Non, je ne comprends pas
–    Eh bien, cherchez  »

Ces propos sont agressifs mais dits sur un ton normal, calme, presque détendu, et l’autre, dont la réponse agressive est désamorcée a l’impression de réagir à côté.
Un autre procédé verbal habituel des pervers est d’utiliser un langage technique abstrait, dogmatique, pour entraîner l’autre des considérations auxquelles il ne comprend rien, et pour lesquelles il n’ose pas demander d’explications de peur de passer pour un imbécile. Ce qui importe alors dans le discours pervers, c’est la forme plutôt que le fond, paraître savant pour noyer le poisson. Pour répondre à sa femme qui souhaitait parler de leur couple, un mari prend un ton docte
«
présentes une problématique typique des femmes castratrices qui projettent sur les hommes leur désir de phallus».
Ces interprétations psychanalytiques sauvages réussissent à déstabiliser l’autre, qui est rarement en état de répliquer pour renverser la situation à son avantage. Les victimes disent souvent que les arguments de leur agresseur sont tellement incohérents qu’elles devraient en rire, mais tant de mauvaise foi les met en colère.

Un autre procédé pervers consiste à nommer les intentions de l’autre ou à deviner ses pensées cachées, comme si on savait mieux que lui ce qu’il pense. « Au fond, je sais très bien que tu te dis que … »

Mentir

Plus souvent qu’un mensonge direct, le pervers utilise d’abord un assemblage de sous-entendus, de non-dits, destiné à créer un malentendu pour ensuite l’exploiter à son avantage. Il s’agit d’avoir le dessus dans l’échange verbal. Un procédé trop direct amènerait le partenaire à dénoncer l’autoritarisme de l’agresseur. Au contraire, des techniques indirectes le déstabilisent et l’amènent à douter de la réalité de ce qui vient de se passer.

Un autre type de mensonge indirect consiste à répondre de façon imprécise ou à côté, ou par une attaque qui fait diversion. A une femme qui exprimait ses doutes sur la fidélité de son mari  «dire quelque chose comme ça, il faut que, toi, tu aies quelque chose à te reprocher».

Le mensonge peut également s’attacher aux détails  à sa femme qui lui reproche d’être allé huit jours à la campagne avec une fille, le mari répond «cest toi la menteuse, d’une part ce n’était pas huit jours mais neuf, et d’autre part, il ne s’agissait pas d’une fille mais d’une femme»
Le mensonge chez le pervers narcissiques ne devient direct que lors de la phase de destruction. C’est alors un mensonge au mépris de toute évidence. C’est surtout un mensonge convaincu qui convainc l’autre. Quelle que soit l’énormité du mensonge, le pervers s’y accroche et finit par convaincre l’autre.

Manier le sarcasme, la dérision, le mépris

 En résumé, pour déstabiliser l’autre, il suffit de 

–    se moquer de ses convictions, de ses choix politiques, de ses goûts,            –    ne plus lui adresser la parole,                                                                                  –    le ridiculiser en public,                                                                                         –    le dénigrer devant les autres,                                                                                   –    le priver de toute possibilité de s’exprimer,                                                       –    se gausser de ses ponts faibles,                                                                           –    faire des remarques désobligeantes, sans jamais les expliciter,                   –    mettre en doute ses capacités de jugement et de décision.

User du paradoxeDéstabiliser la victime se fait dans une double contrainte  quelque chose est dit au niveau verbal et le contraire est exposé au niveau non verbal. Le discours paradoxal est composé d’un message explicite et d’un contenu implicite, dont l’agresseur nie l’existence.Disqualifier Diviser pour mieux régner.                                                                                               Imposer son pouvoir.

Violence perverse dans le couple

La violence privée

de M.F Hirigoyen

La violence perverse dans le couple est souvent niée ou banalisée, réduite à une simple relation de domination. La tentation est souvent grande chez le soignant de rendre le partenaire complice voire même responsable de l’échange pervers. C’est nier la dimension d’emprise qui paralyse la victime et l’empêche de se défendre, c’est nier la violence des attaques et la gravité du retentissement psychologique du harcèlement sur la victime. Les agressions sont subtiles, il n’y a pas de traces tangibles et les témoins tendent à interpréter comme de simples relations conflictuelles ou passionnelles entre deux personnes caractérielles ce qui est une tentative violente de destruction morale et même physique de l’autre, parfois réussie.

L’emprise
Dans le couple, le mouvement pervers se met en place quand l’affectif fait défaut, ou bien lorsqu’il existe une trop grande proximité avec l’objet aimé.
Trop de proximité peut faire peur et, par là même, ce qui va faire l’objet de la plus grande violence est ce qui est le plus intime. Un individu narcissique impose son emprise pour retenir l’autre, mais il craint que l’autre ne soit trop proche, ne vienne l’envahir. Il s’agit donc de le maintenir dans une relation de dépendance ou même de propriété pour vérifier sa toute puissance. Le partenaire englué dans le doute et la culpabilité ne peut réagir.
Le message non dit est  «
ne t’aime pas  », mais il est occulté pour que l’autre ne parte pas, et il est agi de façon indirecte. Le partenaire doit rester là pour être frustré en permanence ; il faut en même temps l’empêcher de penser afin qu’il ne prenne pas conscience du processus.
L’emprise est mise en place par un individu narcissique qui veut paralyser son partenaire en le mettant en position de flou et d’incertitude. Cela lui évite de s’engager dans une position de couple qui lui fait peur. Par ce processus, il met l’autre à distance, dans des limites qui ne lui paraissent pas dangereuses. S’il ne veut pas être envahi par l’autre, il lui fait subir pourtant ce qu’il ne veut pas subir lui-même, en l’étouffant et en le maintenant « à disposition ».
L’origine de cette tolérance se retrouve dans une loyauté familiale qui consiste, par exemple, à reproduire ce que l’un des parents a vécu, ou bien dans l’acceptation d’un rôle de personne réparatrice pour le narcissisme de l’autre, une sorte de mission où l’on aurait à se sacrifier.

La violence
La violence perverse apparaît dans les moments de crise quand un individu qui a des défenses perverses ne peut pas assumer la responsabilité d’un choix difficile. Elle est alors indirecte, essentiellement dans le non-respect de l’autre.
Le refus de la responsabilité d’un échec conjugal est souvent à l’origine d’une bascule perverse. Un individu qui a un fort idéal de couple, présente des relations apparemment normales avec son partenaire jusqu’au jour où il doit faire le choix entre cette relation et une nouvelle rencontre. La violence perverse sera d’autant plus importante que l’idéal de couple était grand. Il n’est pas possible d’accepter cette responsabilité qui doit être entièrement portée par l’autre. S’il y a un retrait d’amour, le partenaire en est tenu pour responsable, pour ne faute qu’il aurait commise et qui n’est pas nommée. Ce retrait d’amour est le plus souvent nié verbalement, tout en étant agi.
La prise de conscience de la manipulation ne peut que mettre la victime dans un état d’angoisse terrible qu’elle ne peut évacuer puisqu’elle n’a pas d’interlocuteur. En plus de la colère, les victimes à ce stade éprouvent de la honte  honte de ne pas avoir été aimées, honte d’avoir accepté ces humiliations, honte d’avoir subi.
Parfois, il ne s’agit pas d’un mouvement pervers transitoire, mais de la révélation d’une perversion jusqu’ici occultée. La haine qui était masquée apparaît au grand jour, très proche d’un délire de persécution. Les rôles sont ainsi inversés, l’agresseur devient l’agressé et la culpabilité reste toujours du même côté. Pour que cela soit crédible, il faut disqualifier l’autre en le poussant à un comportement répréhensible.
Pour pouvoir idéaliser un nouvel objet d’amour et maintenir la relation amoureuse, un pervers a besoin de projeter tout ce qui est mauvais sur un bouc émissaire. Tout ce qui est obstacle à une nouvelle relation amoureuse doit être détruit comme objet gênant. Ainsi, pour qu’il y ait de l’amour, il faut qu’il y ait de la haine quelque part. La nouvelle relation amoureuse se construit sur la haine du partenaire précédent.

La séparation
Les procédés pervers sont utilisés très habituellement lors des divorces et des séparations. Il s’agit alors d’un procédé défensif que l’on ne peut pas d’emblée considérer comme pathologique. C’est l’aspect répétitif et unilatéral du processus qui amène l’effet destructeur.
Lors des séparations, le mouvement pervers, jusqu’alors sous-jacent, s’accentue, la violence sournoise se déchaîne, car le pervers narcissique sent que sa proie lui échappe. La séparation ne vient pas interrompre la violence, elle se poursuit à travers les quelques liens relationnels qui peuvent exister, et quand il y a des enfants elle passe à travers eux. Cela constitue ce que les Américains nomment le stalking, c’est-à-dire le harcèlement. Le harcèlement est le fait d’anciens amants ou conjoints qui ne veulent pas lâcher leur proie, envahissent leur « » de leur présence, l’attendent à la sortie de son travail, lui téléphonent le jour et la nuit, avec des paroles de menaces directes ou indirectes.
Les divorces avec un pervers narcissique, quel que soit celui qui est à l’initiative de la séparation, sont presque toujours violents et procéduriers. Les pervers maintiennent le lien, par le biais des lettres recommandées, des avocats, de la justice. On continue à parler de ce couple, qui n’existe plus, à travers les procédures. Plus la pulsion d’emprise est grande, plus grands sont le ressentiment et la colère. Les victimes se défendent mal, surtout si elles se croient à l’initiative de la séparation, ce qui est souvent le cas, leur culpabilité les porte à se montrer généreuses espérant ainsi échapper à leur persécuteur.
Les victimes savent rarement utiliser la loi, alors que l’agresseur, étant très proche d’une structure paranoïaque, saura faire les démarches nécessaires.
Dans une manœuvre perverse, le but est de déstabiliser l’autre et de le faire douter de lui-même et des autres. Pour cela, tout est bon, les sous-entendus, le mensonge, les invraisemblances. Pour ne pas se laisser impressionner, il faut que le partenaire n’ait aucun doute sur lui-même et sur les décisions à prendre, et ne tienne pas compte des agressions. Cela oblige à être sans arrêt sur le qui-vive dans les contacts avec l’ex-conjoint.
Le refus de communication directe est l’arme absolue des pervers. Le partenaire se trouve obligé de faire les demandes et les réponses et, s’avançant à découvert, évidemment commet des erreurs qui sont relevées par l’agresseur pour pointer la nullité de la victime.
Le recours à des lettres recommandées agressives dans le sous-entendu ou l’allusion est une manœuvre habile pour déstabiliser sans trace. Un lecteur extérieur (psychologue, juge), à partir de ces écrits, ne peut qu’imaginer un échange acrimonieux banal entre deux ex-époux. Or, il ne s’agit pas d’un échange. C’est une agression unilatérale où l’agressé est mis dans l’incapacité de réagir et de se défendre.

Pervers narcissique démasqué

La violence perverse

de M.F Hirigoyen

Résister à l’emprise, c’est s’exposer à la haine. A ce stade, l’autre, qui n’existait que comme un objet utile, devient un objet dangereux dont il faut se débarrasser par n’importe quel moyen. La stratégie perverse se dévoile au grand jour.

La haine est montrée

La phase de haine apparaît au grand jour lorsque la victime réagit, qu’elle essaie de se poser en tant que sujet et de récupérer un peu de liberté. Malgré un contexte ambigu, elle essaie de mettre une limite. Un déclic lui fait dire  «ça suffit », soit parce qu’un élément extérieur lui a permis de prendre conscience de son asservissement c’est en général quand elle a vu son agresseur s’acharner sur quelqu’un d’autre -, soit quand le pervers a trouvé un autre partenaire potentiel et essaie de pousser le précédent à partir en accentuant sa violence.

Au moment où la victime donne l’impression de lui échapper, l’agresseur éprouve un sentiment de panique et de fureur  il se déchaîne.
Tout ce qui était souterrain apparaît alors au grand jour. Il ne s’agit pas ici d’un amour qui se transforme en haine comme on tend à le croire, mais d’envie qui se transforme en haine.

Quand il justifie cette haine, c’est par une persécution de l’autre, qui le placerait lui en position de légitime défense. Comme chez les paranoïaques, apparaissent alors chez lui des idées de préjudice ou de persécution, une anticipation sur les réactions de défense attendues amenant à des conduites délictueuses et un fonctionnement procédurier. Tout ce qui ne va pas est de la faute des autres qui sont unis contre lui.
Par un phénomène de projection, la haine de l’agresseur est à la mesure de la haine qu’il imagine que sa victime lui porte. Il la voit comme un monstre destructeur, violent, néfaste.

Cette haine projetée sur l’autre, est pour le pervers narcissique un moyen de se protéger de troubles qui pourraient être plus grands, du registre de la psychose. C’est aussi un moyen, lorsqu’il s’est engagé dans une nouvelle relation, de se défendre de toute haine inconsciente contre le nouveau partenaire.

La violence est agie

Il s’agit d’une violence froide, verbale, faite de dénigrement, de sous-entendus hostiles, de marques de condescendance et d’injures. L’effet destructeur vient de la répétition d’agressions apparemment anodines mais continuelles, et dont on sait qu’elles ne s’arrêteront jamais. Il s’agit d’une agression à perpétuité.

L’autre est acculé

Lors de la phase d’emprise, l’action du pervers narcissique sur sa victime était essentiellement d’inhiber sa pensée. Dans la phase suivante, il provoque en elle des sentiments, des actes, des réactions, par des mécanismes d’injonction. Cela peut aller jusqu’à provoquer le suicide.

L’agresseur

Il peut arriver à chacun d’utiliser ponctuellement, passagèrement des mécanismes de défense pervers. Ce qui nous distingue des pervers, c’est que ces comportements ont été suivis de remords ou de regrets.

La perversion narcissique
Le psychanalyste P.C. Racamier est un des premiers à avoir décrit le concept de pervers narcissique. D’autres auteurs, dont Alberto Eiguer ont ensuite tenté d’en donner une définition :

« Les individus pervers narcissiques sont ceux qui, sous l’influence de leur soi grandiose, essaient de créer un lien avec un deuxième individu, en s’attaquant tout particulièrement à l’intégrité narcissique de l’autre afin de le désarmer. Ils s’attaquent aussi à l’amour de soi, à la confiance en soi, à l’auto-estime et à la croyance en soi de l’autre. En même temps, ils cherchent, d’une certaine manière, à faire croire que le lien de dépendance de l’autre envers eux est irremplaçable et que c’est l’autre qui le sollicite. »

Les pervers narcissiques sont considérés comme des psychotiques sans symptômes, qui trouvent leur équilibre en déchargeant sur un autre la douleur qu’ils ne ressentent pas et les contradictions internes qu’ils refusent de voir. Ils «font pas exprès » de faire mal, ils font mal parce qu’ils ne savent pas faire autrement pour exister. Ils ont eux-mêmes été blessés dans leur enfance et essaient de se maintenir en vie. Ce transfert de douleur leur permet de se valoriser aux dépens d’autrui.
La personnalité narcissique est décrite comme suit (présente au moins cinq manifestations suivantes) :

–    le sujet a un sens grandiose de sa propre importance,
–    est absorbé par des fantaisies de succès illimité, de pouvoir,
–    pense être « spécial » et unique,
–    a un besoin excessif d’être admiré,
–    pense que tout lui est dû,
–    exploite l’autre dans les relations interpersonnelles,
–    manque d’empathie,
–    envie souvent les autres,
–    fait preuve d’attitudes et de comportements arrogants.

Otto Kernberg décrit les principales caractéristiques de ces personnalités qui «un sentiment de grandeur, un égocentrisme extrême, une absence totale d’empathie pour les autres, bien qu’ils soient avides d’obtenir admiration et approbation”.

Ces patients ressentent une envie très intense à l’égard de ceux qui semblent posséder les choses qu’ils n’ont pas ou qui semblent tirer simplement plaisir de leur vie. Non seulement ils manquent de profondeur affective et n’arrivent pas à comprendre les émotions complexes des autres, mais leur propre sentiments ne sont pas modulés et connaissent de rapides flambées suivies de dispersion.

Ils ignorent en particulier les sentiments véritables de tristesse et de deuil ; cette incapacité à éprouver des réactions dépressives est un trait fondamental de leur personnalité. Lorsqu’on les abandonne ou qu’on les déçoit, ils peuvent se montrer apparemment déprimés, mais à un examen attentif, il s’agit de colère ou de ressentiment avec des désirs de revanche plutôt que d’une véritable tristesse pour la perte de la personne qu’ils apprécient. »

Un narcisse est une coque vide qui n’a pas d’existence propre ; c’est un “pseudo” qui cherche à faire illusion pour masquer son vide. Son destin est une tentative pour éviter la mort. C’est quelqu’un qui n’a jamais été reconnu comme un être humain et qui a été obligé de se construire un jeu de miroirs pour se donner l’illusion d’exister. Comme un kaléidoscope, ce jeu de miroirs a beau se répéter et se multiplier, cet individu reste construit sur du vide.

Les individus pervers narcissiques sont des individus mégalomanes qui se posent comme référents, comme étalons du bien et du mal, de la vérité. On leur attribue souvent un air moralisateur, supérieur, distant. Même s’ils ne disent rien, l’autre se sent pris en faute.

 Conséquences de la phase d’emprise

Le désistement, la confusion, le doute, le stress, la peur, l’isolement.
A plus long terme  le choc, la décompensation, la séparation.

Communication perverse

 

Par M.F Hirigoyen :

 

 

La mise en place de l’empreinte utilise des procédés qui donnent l’illusion de la communication une communication particulière, non pas faite pour relier, mais pour éloigner et empêcher l’échange.


Refuser la communication directe

Quand une question directe est posée, les pervers éludent. Comme ils ne parlent pas, on leur prête grandeur ou sagesse. On entre dans un monde où il y a peu de communication verbale, juste des remarques à petites touches déstabilisantes. Rien n’est nommé, tout est sous-entendu.


Le déni du reproche ou du conflit par l’agresseur paralyse la victime qui ne peut se défendre. L’agression est perpétrée par le refus de nommer ce qui se passe, de discuter, de trouver ensemble des solutions. S’il s’agissait d’un conflit ouvert, la discussion serait possible et une solution pourrait être trouvée.
Devant le refus de communication verbale directe, il n’est pas rare que la victime ait recours aux courriers. Elle écrit des lettres pour demander des explications sur le rejet qu’elle perçoit, puis, n’ayant pas de réponse, elle écrit à nouveau, cherchant ce qui dans son comportement, aurait pu justifier une telle attitude. Il se peut qu’elle finisse par s’excuser de ce qu’elle aurait pu faire, consciemment ou non, pour justifier ou on l’attitude de son agresseur.


Dans certaines entreprises, les victimes qui, pour se protéger, envoient des lettres recommandées sont qualifiées de paranoïaques procédurières.
Quand il y a une réponse, elle est toujours à côté, indifférente.


Déformer le langage

On retrouve chez les pervers quand ils communiquent avec leur victime, une voix froide, blanche, plate, monocorde. C’est une voix sans tonalité affective, qui glace, inquiète, laissant affleurer dans les propos les plus anodins le mépris ou la dérision. La tonalité seule implique, même pour des observateurs neutres, des sous-entendus, des reproches non exprimés, des menaces voilées.
Même lors d’échanges violents le ton ne s’élève pas, laissant l’autre s’énerver tout seul, ce qui ne peut que le déstabiliser  «écidément, tu n’es qu’un hystérique qui crie tout le temps».


Très souvent, le pervers ne fait l’effort d’articuler ou bien grommelle quelque chose quand l’autre est dans une autre pièce. Cela met l
autre dans l’obligation de se déplacer pour entendre ou bien d’être en position de demandeur en faisant répéter. Il est facile ensuite de lui faire remarquer qu’il n’écoute pas.

 

Le message d’un pervers est délibérément flou et imprécis, entretenant la confusion. Il peut dire  «n’ai jamais dit cela », et éviter tout reproche. En utilisant des allusions, il fait passer ses messages sans se compromettre.
Offrant des propos sans lien logique, il entretient la coexistence de différents discours contradictoires.
Il peut aussi ne pas terminer ses phrases, laissant des points de suspension qui ouvrent la voie à toutes les interprétations et à tous les malentendus. Ou bien il envoie des messages obscurs et refuse de les expliciter.


A une demande de service anodin d’une belle-mère à son gendre
«
ce n’est pas possible
–    Pourquoi
–    Vous devriez le savoir
–    Non, je ne comprends pas
–    Eh bien, cherchez  »


Ces propos sont agressifs mais dits sur un ton normal, calme, presque détendu, et l’autre, dont la réponse agressive est désamorcée a l’impression de réagir à côté.
Un autre procédé verbal habituel des pervers est d’utiliser un langage technique abstrait, dogmatique, pour entraîner l’autre des considérations auxquelles il ne comprend rien, et pour lesquelles il n’ose pas demander d’explications de peur de passer pour un imbécile. Ce qui importe alors dans le discours pervers, c’est la forme plutôt que le fond, paraître savant pour noyer le poisson. Pour répondre à sa femme qui souhaitait parler de leur couple, un mari prend un ton docte
«
présentes une problématique typique des femmes castratrices qui projettent sur les hommes leur désir de phallus».
Ces interprétations psychanalytiques sauvages réussissent à déstabiliser l’autre, qui est rarement en état de répliquer pour renverser la situation à son avantage. Les victimes disent souvent que les arguments de leur agresseur sont tellement incohérents qu’elles devraient en rire, mais tant de mauvaise foi les met en colère.
Un autre procédé pervers consiste à nommer les intentions de l’autre ou à deviner ses pensées cachées, comme si on savait mieux que lui ce qu’il pense. « Au fond, je sais très bien que tu te dis que … »


Mentir
 

 

Plus souvent qu’un mensonge direct, le pervers utilise d’abord un assemblage de sous-entendus, de non-dits, destiné à créer un malentendu pour ensuite l’exploiter à son avantage. Il s’agit d’avoir le dessus dans l’échange verbal. Un procédé trop direct amènerait le partenaire à dénoncer l’autoritarisme de l’agresseur. Au contraire, des techniques indirectes le déstabilisent et l’amènent à douter de la réalité de ce qui vient de se passer.
Un autre type de mensonge indirect consiste à répondre de façon imprécise ou à côté, ou par une attaque qui fait diversion. A une femme qui exprimait ses doutes sur la fidélité de son mari  «dire quelque chose comme ça, il faut que, toi, tu aies quelque chose à te reprocher».

Le mensonge peut également s’attacher aux détails  à sa femme qui lui reproche d’être allé huit jours à la campagne avec une fille, le mari répond
«
est toi la menteuse, d’une part ce n’était pas huit jours mais neuf, et d’autre part, il ne s’agissait pas d’une fille mais d’une femme  »
Le mensonge chez le pervers narcissiques ne devient direct que lors de la phase de destruction. C’est alors un mensonge au mépris de toute évidence. C’est surtout un mensonge convaincu qui convainc l’autre. Quelle que soit l’énormité du mensonge, le pervers s’y accroche et finit par convaincre l’autre.


Manier le sarcasme, la dérision, le mépris

 

 En résumé, pour déstabiliser l’autre, il suffit de
–    se moquer de ses convictions, de ses choix politiques, de ses goûts,
–    ne plus lui adresser la parole,
–    le ridiculiser en public,
–    le dénigrer devant les autres,
–    le priver de toute possibilité de s’exprimer,
–    se gausser de ses ponts faibles,
–    faire des remarques désobligeantes, sans jamais les expliciter,
–    mettre en doute ses capacités de jugement et de décision.


User du paradoxe

Déstabiliser la victime se fait dans une double contrainte  quelque chose est dit au niveau verbal et le contraire est exposé au niveau non verbal. Le discours paradoxal est composé d’un message explicite et d’un contenu implicite, dont l’agresseur nie l’existence.


Disqualifier

 
Diviser pour mieux régner
Imposer son pouvoir

Séduction perverse

 

La séduction perverse

par M.F Hirigoyen

 

 

La relation perverse se met en place en deux temps, l’une de séduction perverse, l’autre de violence manifeste.
La première phase que Racamier a nommé le décervelage peut se dérouler sur plusieurs années. Elle se construit progressivement pendant les premiers temps de la relation, par un processus de séduction. C’est une phase de préparation au cours de laquelle la victime est déstablisée et perd progressivement confiance en elle. Il s’agit d’abord de la séduire, puis de l’influencer pour enfin, la mettre sous son emprise, en lui retirant toute parcelle de liberté.


La séduction consiste à attirer irrésistiblement mais aussi dans un sens plus juridique, à corrompre et suborner. Le séducteur détourne de la réalité, opère par surprise, en secret. Il n’attaque jamais de manière frontale, mais de façon indirecte afin de capter le désir de l’autre, d’un autre qui l’admire, qui lui renvoie une bonne image de lui. La séduction perverse se fait en utilisant les instincts protecteurs de l’autre. Cette séduction est narcissique  il s’agit de chercher dans l’autre l’unique objet de sa fascination, à savoir l’image aimable de soi. Par une séduction à sens unique, le pervers narcissique cherche à fasciner sans se laisser prendre. La présence de l’autre est vécue comme une menace, pas comme une complémentarité.


L’influence consiste, sans argumenter, à amener quelqu’un à penser, décider ou se conduire autrement qu’il ne l’aurait fait spontanément. La personne cible de l’influence ne peut consentir a priori librement. Le processus d’influence est pensé en fonction de sa sensibilité et de ses vulnérabilités.
L’emprise c’est la domination intellectuelle ou morale dans une relation de domination. Le pouvoir entraîne l’autre à suivre par la dépendance, c’est-à-dire acquiescement et adhésion.
Il y a trois dimensions principales à l’emprise
–    une action d’appropriation par dépossession de l’autre ;
–    une action de domination, où l’autre est maintenu dans un état de soumission et de dépendance ;
–    une dimension d’empreinte, où l’on veut laisser une marque sur l’autre.
Parce qu’elle neutralise le désir d’autrui et qu’elle abolit toute sa spécificité ; l’emprise comporte une indéniable composante destructrice. Petit à petit, la victime voit sa résistance et ses possibilités d’opposition grignotées. Elle perd toute possibilité de critique. Empêchée d’agir, littéralement «érée », elle est rendue complice de ce qui l’opprime. Cela ne constitue en aucun cas un consentement  elle est chosifiée ; elle ne peut plus avoir de pensée propre, elle doit penser comme son agresseur. Elle n’est plus autre à part entière, elle n’est plus un alter ego. Elle subit sans consentir, voire sans participer.
Les victimes décrivent toutes une difficulté à se concentrer sur une activité lorsque leur persécuteur est à proximité. Celui-ci offre à l’observateur de la plus parfaite innocence. Un grand décalage s’instaure entre son confort apparent et le malaise et la souffrance des victimes. Ce dont elles se plaignent à ce stade, c’est d’être étouffées, de ne rien pouvoir faire seules. Elles décrivent la sensation de ne pas avoir de pensée.

UTILISER AUTRUI

UTILISER AUTRUI

 Christophe Meignant est professeur de philosophie au lycée à Nantes.Il a fait des études de philosophie à l’Université de Paris-Sorbonne. Puis DEA en philosophie à l’Université de Nantes.Master II en études psychanalytiques à l’Université Paul-Valéry de Montpellier. Travaille dans ce registre disciplinaire sur la question des psychoses et des perversions.

 Utiliser autrui

Présentation  

Comment comprendre la situation psychique dans laquelle autrui est réduit à un ustensile pour un autre ? Il est courant, quoique rarement apparent, qu’autrui tienne lieu, pour certains individus pathologiques, de prothèse narcissique, à savoir leur serve exclusivement de moyen. Cette entreprise inclut la destruction d’une personne, destruction sans laquelle ces individus ne peuvent vivre. Dans ce panorama psychique qui est celui de la perversion narcissique, c’est le lien qui est disqualifié.
Extrait vidéo :